Foire aux Questions | Appel à souscription | Cartes postales | José Bové TV | Vidéos | Déclaration de candidature | Buzz

Accueil du site > Arts et cultures > quelques extraits d’alain badiou sur fr3 lundi 5 novembre 2007, par de bric et de broc

quelques extraits d’alain badiou sur fr3

Sais pas exactement qui est Alain Badiou, (Et oui) Il semble être un survivant d’autres fois, face aux bé ahsh el et autres fainnkelkrot.

Pas de grand délires mais quelques petites phrase simples et intéressantes.

Quelques extraits. http://contreinfo.info/article.php3...

Alain Badiou : « notre société est une société de violence » 31 octobre 2007« Contrairement à ce qui est dit, notre société est une société de violence. Je suis lié quotidiennement à des ouvriers sans papiers des foyers, ils vivent dans le climat permanent de la violence qui leur est faite. ..................................................................................................... Et on ne peut pas faire comme si elle n’était pas là par conséquent aussi bien en politique qu’en philosophie, il faut réfléchir à cette présence de la violence , à son devenir. »

Alain Badiou répond à Frédéric Taddéï, France 3, 25 octobre 2007

Entretien à propos de la sortie de son livre : De quoi Sarkozy est-il le nom ?

FT Vous êtes le penseur le plus critiqué actuellement................................... Vous êtes quelqu’un qu’on ne voit pas à la télévision, vous ne touchez pas le grand public habituellement mais vous avez de l’influence sur les étudiants, sur les intellectuels. .................................................................................................................On vous accuse d’être le dernier penseur révolutionnaire....

AB Je n’ai quand même fait couper aucune tête

FT Pas encore, pas encore, disent vos adversaires...

AB C’est une comparaison qui à certains égards est honorable pour un penseur d’aujourd’hui. Vous dîtes que je suis redouté, tant mieux peut-être, je ne m’en rends pas vraiment compte, pour le moment je développe mon œuvre, je développe ma pensée, je dis ce que je crois être vrai... c’est ma fonction de philosophe

FT Quand on vous compare à Robespierre et à Saint-Just, vous savez bien ce que ça veut dire Alain Badiou, c’est qu’on dit que vous seriez capable de faire couper des têtes et que finalement dans vos écrits, il y a peut-être ça

AB Je n’ai pas l’impression que quand les gens lisent mes écrits ils ont la pulsion immédiate de couper des têtes. ..........................................................................après tout la vérité est toujours quelque chose d’un peu redoutable, c’est peut-être elle qui fait peur, plutôt que moi.

FT Vous annoncez, est-ce la vérité ? le retour de la violence, est-ce que ça veut dire que vous la souhaitez ?

AB Je n’annonce pas le retour de la violence. Je dis que la violence est au présent. Ce n’est pas la même chose. Contrairement à ce qui est dit, notre société est une société de violence. Je suis lié quotidiennement à des ouvriers sans papiers des foyers, ils vivent dans le climat permanent de la violence qui leur est faite. Notre société n’est nullement pacifique, le monde l’est encore moins. Des guerres extrêmement sanglantes et violentes se déroulent sur le continent africain, en Irak, en Afghanistan, etc... Je constate simplement que la violence est là. Et on ne peut pas faire comme si elle n’était pas là par conséquent aussi bien en politique qu’en philosophie, il faut réfléchir à cette présence de la violence , à son devenir

FT Vous laissez entendre Alain Badiou qu’à cette violence que subissent les opprimés ils vont répondre par une violence encore plus grande

AB Ecoutez, ce n’est pas exactement ce que je dis mais je crois que d’une façon générale les opprimés n’ont qu’une seule arme , c’est leur discipline. Ils n’ont rien, ils n’ont pas d’argent, ils n’ont pas d’armes, ils n’ont pas de pouvoir. La seule force qu’ils puissent avoir c’est celle de leur organisation et de leur discipline. Ce n’est donc pas tant à la violence que j’appelle qu’à l’organisation, à la cohésion et à l’unité.

FT Vous publiez un livre Alain Badiou qui s’intitule « De quoi Sarkozy est-il le nom ? »

AB Alors je pense qu’il est le nom d’une société qui a peur en effet et qui demande qu’on la protège. Je sens dans cette société la demande d’un maître protecteur qui sera justement capable d’user aussi de violence contre ceux dont vient la peur............................................................ Et ça crée un sentiment de peur, un sentiment de refermement , une demande de protection et Sarkozy est un des noms de ce phénomène. Le vote pour Sarkozy est une demande de protection.

FT Et la guerre ?

AB Et la guerre, alors là je pense qu’il y a une double guerre aujourd’hui, il y a une guerre menée à l’extérieur on voit de plus en plus nettement que Sarkozy c’est aussi le ralliement progressif de la France aux guerres qui sont menées dans le monde , l’engagement en Afghanistan, la soumission aux Américains dans les guerres qu’ils entreprennent notamment en Irak et que la guerre intérieure, c’est une guerre renforcée contre les plus faibles.

FT C’est à dire ?

AB C’est à dire ceux qui n’ont pas de papiers, ceux qui n’ont pas d’argent, ceux dont le travail est dur et ingrat, ceux qui viennent d’ailleurs parce qu’ils ne peuvent pas vivre là où ils sont, tous ceux là on va les ficher, leur demander des règlements nouveaux, les soumettre à des lois oppressives. La loi CESEDA sur la condition du séjour des étrangers est une loi que je n’hésite pas à qualifier de scélérate, c’est une loi de ségrégation, c’est une loi de persécution et il faut en demander l’abrogation. Sarkozy est le nom de tout cela. Après tout, avant d’être candidat aux présidentielles il a été longuement le chef général de la police.

FT Vous attendez le prochain. Comment va-t-on reconnaître cet événement ? Celui qui se prépare d’après vous ?

AB Oh vous savez, je ne sais pas si un grand événement se prépare de façon immédiate. Avant de préparer les évènements à venir, il faut être fidèle à ceux du passé. ......................................................................... .........................................................................................Tout événement est une rencontre. L’événement amoureux c’est une rencontre. L’événement historique aussi est une rencontre. La rencontre de gens qui n’ont pas l’habitude de se rencontrer.

FT Là ce serait qui, maintenant ?

AB Je pense que ce serait une partie de la jeunesse, des intellectuels, des petits salariés français et puis de ceux qui sont les persécutés premiers c’est à dire les gens de provenance étrangère, et puis ceux qui n’ont aucun travail.

AB Au fond j’appelle communisme, et c’était déjà le sens que lui donnait Marx au début, une société qui est délivrée de la règle des intérêts. Une société dans laquelle ce qu’on cherche, ce qu’on fait, ce qu’on veut n’est pas réglé de bout en bout par les intérêts individuels ou les intérêts de groupe. C’est ça le communisme. Le communisme c’est aussi la société où tout le monde est polyvalent. C’est à dire où il n’y a pas de division du travail organisée entre ceux qui sont intellectuels, riches etc... et ceux qui sont en bas. C’est une société où tout le monde fait un peu toutes choses. Le communisme c’est le nom de cela. De ce point de vue il existe peut-être depuis très longtemps. Je pense que dans la révolte des esclaves contre les Romains, la révolte de Spartacus, il y avait déjà un élément de communisme.

FT Vous ne croyez pas au suffrage universel ?

AB Le suffrage universel à mon avis est comme toute chose. Il faut le juger non pas du point de vue de sa forme mais du point de vue de son contenu. Je voudrais rappeler par exemple que c’est tout de même une assemblée tout à fait régulière qui a investi le maréchal Pétain en 1940, c’est une assemblée régulière qui a désigné Hitler dans l’Allemagne de Weimar. Le suffrage universel ça peut avoir des résultats tout à fait intéressants et ça peut avoir des résultats désastreux. Donc moi je juge sur pièces.

...................................................................................................

AB Le communisme :

Je pense qu’il faut faire avec les hommes tels qu’ils sont. Avec la capacité des hommes tels qu’ils sont. S’opposent deux visions de ce dont l’homme est capable. En réalité dans le capitalisme modernisé, la conviction est que l’homme est principalement capable de poursuivre ses intérêts.

Et le communisme c’est au fond l’idée que l’homme est aussi capable d’autre chose. Il est capable de désintéressement, il est capable d’une organisation sociale qui a d’autres buts que celui de la perpétuation de sa puissance.

Je pense que c’est avec cet homme capable de cela qu’il faut faire et non pas en forgeant un mythique homme nouveau.


Réagir à ce texte(Vous devez être coopérateur du site ou avoir un email valide)

1 Message

  novembre 2007  >">
lumamejevesadi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012

Lucky Dube

Hommage au chanteur rasta non violent d’Afrique du sud. A Steve Biko et à tous les assassinés de l’apartheid et de l’après.

Lucky Dube ... il vient d’être assassiné il y a une semaine... ce qui a fait écrire à une journaliste* un superbe article mais d’une gaucherie ou naïveté spectaculaire : comme quoi “son raggae mélodieux et swingant va contribuer à dénoncer les abus de l’apartheid bien au delà des frontière”. Il ne peut y avoir d’abus de l’apartheid, c’est tout ce régime dans son intégralité qui est un abus !
L’apartheid est un régime de descrimination systématique institué en Union Africaine devenu ensuite Afrique du sud, dont les lois ont été établies entre 1948 et 1994 et appliquées avec brutalité (régime qui s’est installé sur des pratiques raciales bien antérieures... (voir plus bas la liste de ces lois)  ... (lire la suite)
vendredi 26 octobre 2007, par comité de grève

Communiqué des grèvistes du site unisavec.

Ce site est celui des signataires. C’est le collectif local des signataires d’Internet....
La quelque dizaine qui faisons vivre le site depuis cinq mois, avec une très nette remontée de sa fréquentation, faisons grève pour alerter les deux milles lecteurs par jour, du danger de disparition de son esprit de liberté et d’irruption citoyenne. La tentation existe depuis le début, de la  ... (lire la suite)
jeudi 18 octobre 2007, par comite de greve

Communiqué d’un grévistes du site unis…(avec)…pour….

Ce site est un collectif, celui des 50.000 citoyens qui ont appelés Bové à se présenter comme candidat, mais aussi celui des 1.300.000 électeurs qui lui ont donnés leur confiance comme président. 320.426 visites en janvier et 292.691 en février, ces chiffres sont un hommage citoyen aux initiateurs de l’appel, qui méritent le respect que José leur a manifesté en notre nom.
Malheureusement cet élan politique est une opportunité pour certains coucous de la politique. Ils se sont glissés parmi nous pour se nourrir de l’espoir des citoyens, détourner l’énergie dépensée pour cette candidature à des fins privées ou partisanes ! Les citoyens engagés dans ce collectif n’ont jamais  ... (lire la suite)
jeudi 18 octobre 2007, par stelios
www.unisavecbove.org |  RSS 2.0 | Résumé en mode texte | Articles refusés